Clôture du projet TALLOU NALABO

Ndam Se Na a fêté la clôture du projet Tallou Nalabo avec de nombreux jeunes danseurs des différents quartiers de N’Djamena. Ils sont venus de Ndjari, Farcha, Wallia, Chagoua et Moursal pour monter sur la scène du Centre Al-Mouna où ils se sont éclatés devant des invités, des badauds et leurs professeurs de danse.

Depuis neuf moins ces jeunes ont pris des cours intensifs de danse dans les Maisons de Quartier au sein de leurs quartiers respectifs. Là, des chorégraphes et danseurs de N’Djamena - comme Yaya Sarria, Hyacinthe Tobio, Rodrigue Ousman, Moustapha l’Acrobate, Hervé, Stéphane Timi, Jean Mboog, Aleva Ndabogo - ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour leur apprendre des pas de danses de différents styles ainsi que l’acrobatie.

L’après-midi du 29 mars a été une occasion unique pour voir les retombées du travail abattu : la disparation des murs entre les religions, les différentes ethnies et les quartiers. Grâce à l’ambassade de la France à travers le Fonds Social de Développement (FSD) et des partenaires comme l’Institut Français du Tchad (IFT), le Centre Al-Mouna et Airtel, Ndam Se Na a transmis la beauté de la danse à la nouvelle génération ndjamenoise pour lui faire comprendre que le futur se construit sur la vie en paix et en communauté.

Par ailleurs, tous spectateurs ont eu droit à la restitution d’un atelier dirigé par le danseur, théoricien et administrateur de l’Ecole des Sables Patrick Acogny à N’Djamena entre le 20 et 29 mars 2014. Son appui pour la formation des formateurs a porté sur des thèmes variés et a été très bénéfique, tant pour les techniques que pour l’équilibre physique. La fin de la restitution a été une belle réunion sur scène de tous les spectateurs qui sont venus cet après-midi-là.

Dans l’espoir de trouver des moyens pour continuer ce beau travail, Ndam Se Na remercie tous les participants et ses partenaires pour                                    leur apport très bénéfiques à l’endroit de la jeunesse tchadienne.